How does the complexity of environmental challenges affect the rate of adaptation?
A meta-experimental evolution approach by the ExpEvolOcc network.

Comment la Complexité du stress environnemental influe-t-elle sur le taux d’Adaptation ?
Une approche par méta-expérience par le réseau ExpEvolOcc.

© Sonia Kefi_ISEM

Les changements d’environnements auxquels font face les organismes vivants dans leurs milieux naturels combinent souvent plusieurs sources de stress, tels que la chaleur et la sécheresse. Les impacts conjugués de ces différents stress représentent un risque pour les écosystèmes, en particulier dans un point chaud de biodiversité tel que l’Occitanie. L’évolution rapide sous l’effet de la sélection naturelle peut permettre à une population d’organismes exposée à un tel stress d’éviter l’extinction, mais se pose alors la question : comment la vitesse de cette évolution dépend-elle de la complexité du stress, c’est-à-dire du nombre de composantes de l’environnement impliquées ?

Pour répondre à cette question, les porteur.euse.s du projet ComplexAdapt-ExpEvolOcc mèneront une même expérience en parallèle sur une diversité d’organismes dont les temps de génération courts permettent d’observer leur évolution en temps réel. Cette méta-expérience sera effectuée dans un ensemble de laboratoires dans toute l’Occitanie, par le consortium ExpEvolOcc composé de spécialistes de l’évolution expérimentale. Les organismes que nous étudierons au laboratoire (virus, bactéries, champignons, plantes…) serviront de modèles pour comprendre des mécanismes généraux limitant l’adaptation aux changements d’environnements. Certain de ces organismes (levure d’œnologie, pathogènes d’huitres) ont un intérêt régional. Ce projet établira par ailleurs un réseau de collaboration en Occitanie, d’envergure internationale sur l’évolution expérimentale, une approche clé pour comprendre et prédire les réponses de la biodiversité aux changements d’environnements.

Partenariat

Au-delà de la diversité des organismes étudiés, la force du consortium constitué viendra de la grande combinaison d’expertise, de boîtes à outils et d’installations apportées par chaque site, institut et chercheurs individuellement. Les six unités principales et les deux partenaires extérieurs n’ont jamais collaboré à un projet unificateur de cette nature, de sorte que la valeur ajoutée du projet sera importante.

Porteur Luis-Miguel Chevin, CNRS, CEFE, Montpellier
Co-porteuse Marine Combe, IRD, ISEM, Montpellier
Co-porteur Guillaume Charrière, UM, IHPE, Montpellier-Banyuls
Co-porteur Rémy Froissart, CNRS, Mivegec, Montpellier
Co-porteuse Delphine Capela, CNRS, LIPME, Toulouse
Co-porteur Hervé Philippe, CNRS, SETE, Moulis

Partenaires extérieurs

Partenaire 1 Thibault Nidelet, Delphine Sicard et Diego Segond, SupAgro, UMR Sciences pour l’œnologie (SPO), Montpellier
Partenaire 2 Gwenaël Piganeau, OOB, UMR Biologie Intégrative des Organismes Marins (BIOM), Banyuls